La Voyageuse

michele © Ridha Ben Hmouda

En équilibre entre la réalité et la fiction, entre un départ et un retour parfois trop éloigné. La voyageuse nous parle tout autant de la fragilité tenace d’une histoire qui s’écrit, que celle d’un enfant qui voudrait sa mère à ses côtés, que celle d’une fleur de rester en vie.

« Il m’arrive de penser que l’écriture est  le dernier cadeau de ma mère. Le dernier et le plus précieux.

Un moyen merveilleux de m’assurer de quoi gagner ma vie, de ne plus jamais être seule. Une façon d’être là, de veiller sur moi beaucoup mieux qu’elle n’a pu le faire de son vivant ».