Premiers pas sur la dune

Premiers pas sur la dune © Melissa Stein

Quel est le fil qui tisse le lien entre un chou, un canard de bain, des nuages, un poisson rouge, un seau et une pelle de plage ou une maison ?

Évocateurs de la petite enfance, ces objets composent l’architecture intérieure de René, un petit homme en proie à l’effritement de son identité. Manipulé par quatre personnages semblant sortis d’un tableau de Magritte, la marionnette vagabonde à travers une association de situations cocasses qui n’obéissent qu’à la seule logique de son inconscient agité. Déroulé comme une énigme, émaillé d’indices humoristiques et récurrents, ce spectacle pictural et sans paroles questionne le public sur sa capacité à trouver le juste équilibre entre ses fantasmes et sa réalité.

Grâce à un savant dispositif de rails et de poulies, qui bouscule de manière imprévisible l’espace de jeu, Alain Moreau met au point une machine qui interroge, à la manière des surréalistes, le processus de création : jusqu’où est-on le maître d’œuvre de sa vie ? Qui décide de ce qu’on est et de ce qu’on crée ?